0
Valérie Lévesque
frivolesque

Entrepreneur Geek : Etienne Desilets-Trempe de Frivolesque

Bonjour, je m’appelle Etienne Desilets-Trempe, Dez étant mon nom d’artiste, et je suis le gars qui fait le webcomic Frivolesque.

 

J’aimerais en savoir un peu plus sur vous. Quelle sphère de la culture geek appréciez-vous le plus et cela depuis combien de temps?

Hé boy. Je sais pas où commencer, je suis un geek multiclassé. Je suis un grand amateur de jeux vidéo depuis les années 80, (même si les jeux actuels ne me plaisent pas beaucoup et que je reste un fan de rétro dans l’âme) et ça va toujours rester une de mes plus grandes passions. Metroid reste à jamais ma série préférée.
Sinon, j’étais un gros fan de manga et d’anime dans les années 90 et j’en consomme encore à l’occasion, j’ai beaucoup aimé les jeux de rôle à la même époque, et aujourd’hui, j’aime les comics books américains (mais pas tant les super héros), les jeux de société les figurines de Warhammer 40,000, les séries télé, le dessin et je cultive une passion intemporelle pour le cinéma depuis que mes parents m’ont amené voir E.T. (en anglais, en plus) en 1982.

 

Comment cette passion pour la culture geek vous a t-elle amené vers l’entrepreneuriat?

Les dessins des jeux vidéos japonais auxquels je jouais quand j’étais jeune m’ont toujours inspiré à dessiner moi-même des choses similaires. Mélangé à ma passion pour la bande-dessinée en tout genre, faire ma propre BD a toujours été un grand rêve depuis aussi longtemps que je me rappelle. Ça m’a juste pris énormément de temps pour finalement le faire.

 

frivolesque

Parlez moi de votre entreprise, quelle vocation a-t-elle ?

Frivolesque est un petit webcomic hebdomadaire inspiré des mangas de style 4-Koma populaires au Japon. On est dans la « tranche de vie » et on suit l’histoire de cinq filles (et leurs amis) qui vivent à Québec, qui sont toutes un peu marginales à leur façon.

 

J’en sors un à tous les lundis depuis le début de l’aventure en mars 2013.

La BD aura donc quatre ans bientôt. (Le temps passe si vite!) On peut la lire gratuitement sur le site web http://frivolesque.com pour la version anglaise ou sur http://frivolesque.com/fr/ pour la version française, disponible depuis le printemps dernier. J’ai également publié un livre qui est un recueil des deux premières années de la bédé, Frivolesque Vol. 1 aux éditions Rémi Paradis et le volume 2 sera disponible sous peu.

 

On peut aussi voir mes trucs sur

 

Facebook : http://facebook.com/frivolesque

Twitter : https://twitter.com/omegadez

Tumblr : http://omegadez.tumblr.com/

Instagram: https://www.instagram.com/frivolesque/

Deviantart : http://omegadez.deviantart.com/

Pixiv : http://www.pixiv.net/whitecube/user/1651026

 

Comment être en accord avec votre personnalité vous a aidé à réussir en affaire?

En fait, c’est tout le contraire. Ma personnalité est un obstacle constant à mon œuvre. Je suis paresseux et j’ai un grand manque d’estime de moi-même, et c’est pour ça que ça m’as pris autant de temps avant de me mettre à la BD. Mais un jour, je sais pas, je me suis botté le cul en me disant que ça serait bien d’avoir un projet avant de m’enliser trop creux dans la procrastination, et en voyant tout le monde autour de moi commencer des projets comme ça pour ensuite les abandonner rapidement, je me suis dit que j’allais pousser ça jusqu’au bout.

 

Mais c’est un combat perpétuel. ☺

 

Quels sont vos moments forts de votre parcours ?

Je dirais que comme j’ai commencé très petit, le jour où j’ai été remarqué par la gang de Nadeshicon (qui m’ont invité à leur événement) à été un grand moment pour moi. Ensuite, le jour où mon éditeur m’a approché pour publier mes BD, le lancement de la dite BD, et finalement, toutes les cosplayeuses que j’ai eu. Ah oui, y’a aussi le moment où le site web de Radio-Canada a parlé de moi.

frivolesque

( Crédit photo : Mr.Jechgo Photo )

 

Y a t-il eu des moments moins évidents?

Le début était très tranquille. Je dessinais dans le vide, et je postais mes BD sur Tumblr où j’étais suivi par à peu près 2 personnes. Aussi, j’ai failli ne pas aller a Nadeshicon quand ils m’ont invité à cause de mon anxiété sociale.

 

Si vous aviez un conseil à donner à ceux qui veulent faire vivre leur passion geek au niveau entrepreneurial, que leur diriez-vous?

Niaisez pas. N’attendez pas. Suivez vos rêves, même si c’est difficile et que ça vous demande du temps. C’est tellement gratifiant. Je sais que c’est facile à dire, et qu’en pratique, c’est plus difficile de se lever de son cul et de produire quand c’est si simple d’écouter des séries télé ou de jouer à des jeux vidéos. J’ai été là moi aussi. Mais je voudrais pas revenir en arrière, maintenant.

 

Merci beaucoup pour cet entrevue Etienne Desilets-Trempe !

Vous pourriez aimer...

No Comments

Leave a Reply

error: Content is protected !!