Valérie Lévesque
Académie de Taekwondo Karaté Guy Chiasson

À la découverte de l’académie de Taekwondo Karaté Guy Chiasson !

Jeudi le 16 mars, j’ai pu rencontrer un entrepreneur du Saguenay.
C’est quelqu’un de très social et personnellement, je le trouve très charismatique.

Guy Chiasson est un homme de 44 ans.
Il pratique les arts martiaux depuis le secondaire (1988) , n’a jamais arrêté et en a fait sa profession depuis ces 6 dernières années. Il est maintenant Shihan.

 

Je lui ai posée plusieurs questions en lien avec sa profession et il les a très bien répondu! :

 

En quoi consiste vos cours? Est-ce pour vous défendre ou pour se battre?

« les cours d’art martial n’est jamais pour se battre. C’est une discipline. On travaille la coordination surtout. C’est un sport de combat oui, on enseigne les coups de pieds, les coups de poings, mais ce n’est jamais dans le but de s’en servir. Je compare toujours sa avec un extincteur de fumé, on en a un, mais on ne souhaite pas s’en servir. Donc tout se que l’ont apprend c’est pour le bien être. On sort de l’académie et les gens sont brûlé, ils ont mal partout et ils sont fières d’eux-mêmes .. mais ils n’espèrent pas s’en servir. « 

Pourquoi avoir mélangé le Taekwondo et le Karaté?

« À l’origine c’était seulement du Taekwondo. J’ai commencé en Taekwondo et j’ai commencé à intégré le karaté en 2002 quand j’ai quitté ma fédération de Taekwondo. J’ai voulue m’ouvrir à d’autres choses, car on utilise beaucoup plus les jambes en Taekwondo. Je voulais offrir aux élèves la chance d’apprendre autre chose. En Taekwondo c’est beaucoup les distances et en karaté c’est plus corps à corps, donc les gens peuvent être le plus opérationnel possible en aillant ce mélange. « 

Académie de Taekwondo Karaté Guy Chiasson

( Photographe : Dantalian Cosplay )

 

Comment ta passion pour le Taekwondo c’est elle développée ? 

« L’histoire est drôle, je n’ai jamais voulu faire sa. Deux heures avant mon premier cours de Taekwondo, je ne savais pas que j’allais en faire. Mon beau frère m’a téléphoné et m’a dit « Guy j’ai vue une démonstration de Taekwondo, est-ce que tu viens? Les cours commencent tout à l’heure ». Je me demandais c’était quoi, il disait que sa ressemblait au karaté. J’ai donc accepté sans savoir dans quoi je m’embarquais. C’était tout de suite une passion, j’ai vraiment adoré sa. »

Pourquoi êtes-vous devenu Shihan ? 

« Ce n’est pas moi qui le décide, c’est un titre qui nous est accordé après un nombre d’années dans les arts martiaux. C’est un titre de ceinture noire. Lorsqu’une ceinture noire est première Dan , deuxième Dan (première fois ceinture noire, deuxièmes fois ceinture noire) on les appelles les Sempai. Ensuite, lorsque l’élève gradue après encore plusieurs années, il devient Sensei, donc troisième Dan et quatrième Dan. Après encore plusieurs années (4 à 6 ans), on obtiens la cinquième Dan et on devient Shihan ce qui signifie maître. Je suis Shihan depuis mon examen de cinquième  Dan, donc depuis 11 ans. Et j’ai mon sixième Dan depuis 2 ans. Quand je me suis fait téléphoner pour devenir Shihan, mon maître en Taekwondo disait que j’étais prêt pour l’examen et je refusais, car je ne me sentais pas prêt à me faire appeler maître. « 

 

Académie de Taekwondo Karaté Guy Chiasson

( Photographe : Dantalian Cosplay )

 

 

Si vous pouvez comparer le Taekwondo a quelque chose, qu’est-ce que ce serait?

« On va commencer par les arts martiaux, ensuite le Taekwondo.
Les arts martiaux je considère sa comme des voitures. Il y a une multitude de voitures, un paquet de modèle et chaque compagnies on leurs modèle. Le Taekwondo est un modèle. Le Taekwondo est une sorte d’art martial qui est à la base, du karate. Le fondateur du Taekwondo était ceinture noire en karaté et a développer cet aspect de l’art martial qui se distingue beaucoup par l’utilisation des jambes. « 

Comment créez vous les entrainement de chaque ceintures?

« Premièrement, les élèves on un examen a chaque fin de session. L’examen n’est pas comme à l’école , ou tout le monde se présente. Les gens doivent nous prouver en fournissant des efforts qu’ils maîtrisent la matière pour pouvoir accéder à l’examen. Pendant les cours, on s’arrange pour qu’ils pratiquent le plus possible leurs matière et on revient toujours à la base. Les croisements et les blocages à l’état pure sont très importants. Ensuite, plus on monte en ceinture, plus c’est difficile. J’ai également été cuisinier, donc je compare souvent ceci à la nourriture: tu peux apprendre à faire une recette de crêpe avec trois ingrédients et plus tu es habitué de la faire, plus tu peux y mettre tes petites touches personnelles. Dans chaque cours on travaille la souplesse, la musculation, l’endurance, la mémoire et la coordination. « 

Est-ce difficile de se souvenir de tous les noms des élèves et des techniques?

« Le nom des élèves je n’ai pas de misère, je me souviens surtout de ceux que j’avertis souvent. Le nom des technique c’est comme n’importe quoi, moins on les dis, plus j’ai de la misère. Il y a des choses que j’ai appris , que je n’enseignerais jamais. Un de mes élèves devra se rendre la. Ces choses la c’est sur et certains que je vais avoir de la misère à m’en rappeler. Si un jour un de mes élèves se rend quatrième Dan, cinquième Dan, ce sera difficile. Je ne l’ai jamais enseigné. Moins on enseigne, moins on s’en souviens. »

Quel est votre plus bel exploit en Taekwondo?

« Plus bel exploit.. 1993, champion du Québec en combat. Un ceinture noire, tout le monde peut l’avoir si on s’entraîne. Mais un champion du Québec, il n’y en a qu’un. Les titres, comme maître, Shihan, c’est juste de l’entrainement. C’est à cette compétition de champion du Québec que j’avais été sélectionné pour le championnat Canadien également. » 

Participez-vous à des tournois? Si non, pourquoi?

« Les élèves participent, moi je ne peux pas. Les élèves participent à des compétitions, mais le fait que l’on soit loin au Saguenay nous désavantage. On est loin de tout. Si on habiteraient à Montréal ou à Québec, on pourrait avoir des compétitions aux semaines ou aux deux semaines. On sélectionne les compétitions, car c’est des frais. Cependant, on compare beaucoup aux autres combattant afin de bien choisir. Je ne peux pas en faire à cause de mon degré, les gens verraient arriver un maître et se diraient << pas de chance>>. Ce serait extrêmement mal vue. Sa me manque d’en faire, la dernière que j’ai fais c’est il y a onze ans. J’aimerais en refaire, mais il faudrait que je change de ville, de pays, de nom. Donc sa fait onze ans et c’était au championnat Nord Américain de karaté full contact. « 

Est-ce que le Taekwondo est populaire dans la région ou en général?

« Le Taekwondo a été très populaire avant, surtout quand j’ai commencé, dans la région de Québec. Au Saguenay, le Taekwondo est arrivé en 1986. Mon instructeur avait amené sa, donc c’était tout récent. Quand j’ai commencé au Saguenay, c’était devenu populaire, mais c’est comme des vagues. Il peut passer un ans sans avoir personne, comme des fois, il peut y avoir 35 nouvelles personnes.  Cela dépend beaucoup de la télé. Quand j’ai commencé, il y avait des films de karaté tout le temps. Maintenant on en voit presque pas, donc les gens ne sont pas attirés par sa. Donc sa été beaucoup populaire, mais ce l’est moins en ce moment. Il y a plus de sport comme le crossfit, la boxe, le soccer, qui nous empêche à avoir des gens. Il y a aussi la MMA, les combats dans les cages, qui va chercher une clientele. « 

Est-ce difficile d’entretenir une clientèle fiable?

« Extrêmement difficile, surtout à St-Ambroise. Avec le nombre d’élèves que j’ai présentement, je ne serais pas capable de survivre ailleurs. C’est excessivement difficile d’avoir un bon noyau. À toutes les années, je vais en chercher, je vais en perdre , mais le noyau habituellement demeure là. Cependant, dans un ans le noyau va commencer à être effrité donc il faudra de la bonne relève. Juste à Montréal, mon maître en Taekwondo, son cours de jeune de 4 ans ou 5 ans, son 50. Il a en total 200 élèves, à peu près. Nous ici, on est 40 au total. « 

Quel est l’ordre des ceinture?

« On commence au niveau ceinture blanche, débutant. Le blanc signifie la pureté, l’innocence. Donc on commence tous ceinture blanche, ensuite on gravis les échelons. Les couleurs de ceintures, il y a la blanche, la jaune, la verte, la bleue, la rouge et la noire. Entre ces couleurs, il y a des barres de couleurs qui représente ta prochaine ceinture. Il y a six couleurs de ceintures et il y a dix grades. La blanche étant le dixième grade, la personne qui s’entraîne pour la noire est au premier grade. »

Cela prend combien de temps afin de devenir ceinture noire?

« On va prendre un adulte, car un enfant est presque le double. Un jeune de douze ou treize ans, si il lui arrive rien, passe les examens et les sessions.. ça lui prendrait quatre ans et demi, cinq ans d’entrainement à dix mois par années, le plus souvent possible. Il y a une grosse différence entre s’entraîner une fois par semaine et quatre ou cinq fois par semaine. « 

 

Académie de Taekwondo Karaté Guy Chiasson

( Photographe : Dantalian Cosplay )

 

 

Est-ce que vous faites des formations personnelles,hors de vos cours ou à domicile?

Il m’arrive de donner des cours privés en auto-défense, en entrainement physique, en Taekwondo-karaté. Donc sa arrive à l’occasion que les gens me demande des formations. Je suis déjà partis une fois, une semaine à la Baie-James pour donner des cours d’auto-défense. Il y a des groupes d’infirmières qui se sont créés un groupe pour des cours d’auto-défense dans des endroits restreint. Ils travaillent toujours dans des bureaux, des couleurs, etc. Normalement, une fois par mois je donne des cours d’auto-défense ouvert au grand publique. Quand les gens veulent autre chose, on s’arrange! »

Pensez-vous déménager ailleurs au Québec?

« Non, j’ai déjà voulu ouvrir une autre école, j’aurais envoyé un de mes élèves. Ça revient a dire comme tout à l’heure : il est difficile de trouver quelqu’un de confiance. Le projet est donc tombé à l’eau. Tout était prêt , mais la personne a décidé de laisser tomber l’art martial, donc j’ai dû tout arrêter. Je ne pourrais pas m’exporter, car je ne suis pas connu. Même si je viens de Jonquière, les gens là-bas ne me connaîtrait pas. Ça fait déjà vingt-cinq ans que je suis à St-Ambroise. On dit mon nom et tous le monde me connait. J’essaie donc de me concentrer ici, mais j’aimerais un jour qu’une ceinture noire soit fiable, soit installé par ici et qu’il ait la même passion. »

A quel temps de l’année pouvons nous nous inscrire?

N’importe quand, mais les inscriptions officielles sont toujours Septembre. C’est la grosse session, tous le monde sort de l’été et veulent faire quelque chose. Pour la session de Septembre à Décembre c’est quatorze semaines. Ensuite, Janvier à Avril. Des gens téléphones en Décembre pour s’inscrire, on le prend en note , mais c’est pour Janvier. Finalement, la session de printemps et quelques fois on fait des entraînements d’été. Par contre, en tout temps, quelqu’un se présenterait et voudrait commencer la semaine prochaine, aucun problème. Sauf qu’il ne pourra pas faire d’examen dans trois semaines. On y va graduellement. 

Avez-vous d’autres informations sur vos cours que vous voulez partager?

« J’offre mes services aux gens de 4 ans et plus, il n’y a pas d’âge limit
On appelle les jeunes de 4 ans à 5 ans et demi les « petits mini bout’chou », c’est initiation.
Quelques fois les gens se disent qu’ils sont trop vieux pour commencer, mais j’ai déjà enseigner à des gens aillant soixante et quelques années. Il n’y a pas d’âge pour commencer, il est juste trop tard pour dire « j’aurais dû m’entraîner ». La meilleure âge est vraiment adolescent par contre. Quelqu’un qui commence à huit ou neuf ans, un coup qu’il en a fait un ans ou deux, il va se tanner. Un adolescent qui en fait un ans ou deux, veut continuer. »

Merci beaucoup pour cette entrevue monsieur Chiasson !

 

Cliquez ici pour visiter le site Web de l’Académie de Taekwondo Karaté Guy Chiasson ( Saguenay )

ciel2

Dantalian Cosplay

Vous pourriez aimer...

No Comments

Leave a Reply

error: Content is protected !!